Terminaison des cultures de couverture, quand choisir l’engrais vert ?

février 19, 2024

Les cultures de couverture font partie des stratégies poursuivies par l’agriculture de conservation et, plus généralement, par les récentes normes européennes en matière d’agriculture et de travail du sol. Elles visent à améliorer la qualité du sol à travers la réduction du labour, la rotation des cultures et la couverture du sol par des résidus de culture et des cultures de couverture. Il existe plusieurs types de couvertures, dont les objectifs et les avantages diffèrent, ainsi que différentes manières de procéder durant la fauche, la gestion des résidus et de l’engrais vert.

Pourquoi la terminaison est-elle une phase clé ?

Les cultures de couverture permettent de protéger et de préparer le sol en vue du semis des cultures de rente. À cette fin, la culture de couverture doit être interrompue à un stade spécifique afin de ne pas annihiler ses effets positifs sur la succession culturale. Il est important de choisir avec soin le moment de la coupe ou de l’enfouissement des engrais verts, car la manière de procéder peut affecter la vitesse de décomposition de la culture et de sa transformation en éléments nutritifs, en fonction également des conditions micro climatiques dans lesquelles on opère.

Les deux méthodes parmi lesquelles choisir

Il existe deux possibilités de terminaison :

  1. L’action du gel saisonnier, qui est efficace pour les cultures de couverture « gélives » (comme la moutarde ou le trèfle) qui se dévitalisent aux basses températures. Le choix initial du type de culture de couverture à utiliser est donc crucial, car les basses températures n’agissent pas de la même manière sur toutes les espèces. En outre, il est préférable que la culture de couverture soit à un stade de développement plus avancé et plus sensible ; il convient donc d’en tenir compte lors du choix de la période de semis. On optera donc pour le semis direct ou pour d’autres méthodes de travail du sol.
  2. L’action mécanique exercée par les machines agricoles, comme par exemple des fraises rotatives ou des broyeurs. Ce choix permet de réduire ou d’éliminer l’utilisation d’herbicides chimiques et convient donc aux agriculteurs biologiques. On peut décider d’enfouir la biomasse par l’action des machines ou choisir de la laisser en surface, comme nous le verrons dans les paragraphes suivants.
Terminaison des cultures de couverture

Action mécanique, quand les cultures de couverture se terminent-elles ?

En fonction de la variété choisie et à l’exception des « gélives », les cultures de couverture peuvent être terminées au stade de la floraison ou peu avant, comme dans le cas des légumineuses. Il est primordial que la quantité de biomasse produite soit considérable, c’est pourquoi le choix de la période optimale de semis et de fauche devient crucial : quelques semaines de retard ou d’avance peuvent faire la différence.

Une fois broyée, la culture de couverture peut être laissée à la surface du sol comme culture de couverture ou être enfouie avant le semis des cultures ultérieures. Le choix dépendra des objectifs de l’agriculteur, qui devra également tenir compte des coûts d’intervention et de la rapidité du travail. La culture suivante peut généralement être semée dans les 2 à 3 semaines qui suivent.

Terminaison des cultures de couverture sans enfouissement

Lorsque le moment optimal pour la fauche est venu, le broyeur est utilisé pour couper tout le matériel végétal et l’étaler, de manière uniforme, sous forme de résidus de culture pour couvrir le sol. Ce choix présente un double avantage agronomique : étant donné qu’il faut attendre quelques semaines avant de semer la culture de rente, la biomasse présente protégera le sol contre l’action climatique et commencera en même temps à se décomposer, enrichissant la couche supérieure du sol qui accueillera ensuite la semence, en éléments nutritifs. Le mulch limite également le développement des mauvaises herbes et protège le sol contre l’action érosive de la pluie.

Si la surface à couvrir est importante, on peut choisir de combiner un broyeur frontal avec un broyeur latéral afin d’augmenter la surface de travail et de réduire le temps et le coût de l’opération.

Ensuite, si l’agriculteur souhaite travailler le sol superficiellement, il peut effectuer un semis en combiné en associant une herse rotative au semoir à trémie polyvalent, pour procéder à la fois à la préparation du lit de semence avec le mélange des résidus organiques, au semis et à la fertilisation : moins de passages, avec des avantages économiques et environnementaux.

cultures de couverture

Le choix de l’enfouissement : la pratique de l’enfouissement des engrais verts

Les plus grands bénéfices des cultures de couverture – tels que l’apport de matière organique chez les Graminées et l’action biocide chez les Brassicacées – se produisent lorsqu’elles sont enfouies mécaniquement grâce à la pratique de l’enfouissement des engrais verts. Cette technique consiste à faucher la végétation, à la broyer et à l’enfouir aussitôt, afin que la biomasse puisse se dégrader, rendant ainsi le sol fertile, riche en micro-organismes et en nutriments.

L’une des machines agricoles à privilégier dans le cas de l’enfouissement des engrais verts est la fraise rotative, qui déchiquète la biomasse et travaille le sol, avec d’excellentes performances sur les sols durs. Alpego dispose d’une large gamme de fraises rotatives brevetées, convenant à tous les types de sol grâce à la variété de rotors disponibles, qui assurent une excellente préparation du lit de semence pour la culture principale. Nos modèles professionnels FG et FG-BIO, choisis par nos clients dans le monde entier, conviennent aux cultures de couverture et des engrais verts : regardez l’interview intégrale d’un agriculteur allemand !

Pour conclure

Les cultures de couverture et l’enfouissement des engrais verts sont de plus en plus favorisés par les politiques agricoles, comme le montre également la nouvelle PAC 2023-2027, car ils constituent une aide fondamentale pour parvenir à une agriculture durable à faible impact sur l’environnement et promouvoir la biodiversité. Alpego veut participer activement à cette transition verte, en proposant des machines agricoles professionnelles et polyvalentes : le support indispensable pour tout agriculteur qui souhaite produire avec une conscience accrue et un bénéfice maximal.

Partager l'article

Articles récents